Ecomusée, Port-en-Bessin | 1999

programme Réalisation d’un éco-musée consacré au site portuaire de Port-en-Bessin, aux activités de pêche et au monde de la mer
maîtrise d’ouvrage Ville de Port-en-Bessin
maîtrise d’œuvre O. Fraisse architecte mandataire avec N. Breton,  Ch. Sevault architectes
Surfaces 1540 m2
Calendrier Concours d’architecture et de scénographie 1999

1. TEXTE DE PRÉSENTATION

Aux portes de la ville : une halle qui raconte la vie des Portais

Symbole et témoignage de ce qui fait vivre et battre le cœur des Portais, le centre d’interprétation fait désormais figure de porte de la ville. Sa silhouette simple et ses façades en bois à claire-voie évoquent celle d’un hangar à bateaux.
Un vaste parvis s’étend devant le bâtiment et le met en valeur ; il sert également pour des manifestations ou pour des présentations extérieures.
Depuis le parking, on se dirige naturellement vers l’entrée de la halle, repérable de loin. L’ouverture vitrée laisse deviner l’antre de ce vaisseau mystérieux où l’on s’attend à découvrir des trésors cachés...

Entrons dans le bâtiment. Immédiatement, grâce à la signalisation, mais aussi par la simplicité de l’architecture, on comprend l’organisation de l’espace de la halle ; une nef centrale encadrée de collatéraux. Le hall d’entrée et l’accueil, ainsi que les locaux administratifs, se trouvent d’un coté de la nef ; le reste des espaces est réservé à l’exposition.

La valleuse de Port en Bessin

Au centre de la nef, des objets  « phares » sont mis en scène dans une succession de fosses, creusées plus ou moins profondément dans le sol, qui évoque la géographie d’une valleuse et l’ambiance d’un port, avec ses bassins et ses quais. Installés dans les bassins asséchés, ces objets  « phares » semblent s’être échoués ici, un peu comme si une marée plus forte que les autres les avait amenés jusque là.
Grands ou petits, spectaculaires ou discrets, ils témoignent ensembles de l’identité de toute une communauté d’hommes et de femmes liés à la mer. A chaque visite, même les habitués de l’écomusée se laissent prendre par la force narrative de ces témoignages vivants.
Curieux d’en savoir plus sur ce qu’évoquent les objets, les visiteurs peuvent prendre le temps de découvrir, juste à coté, les documents complémentaires présentés dans les alvéoles latérales.

De la ville à la mer en passant par le port : 3 thèmes pour des parcours variés

Trois thématiques viennent recouper transversalement cette organisation de l’espace construite autour du profil métaphorique de la valleuse. De la ville à la mer, en passant par le port, c’est toute la vie des Portais et des Portaises, d’hier à aujourd’hui, qui est illustrée et expliquée. Mais si ces trois thèmes scandent la visite et l’espace de la halle, une grande liberté est laissée à chaque visiteur dans la composition de son parcours.

Les plus petits choisissent de circuler uniquement dans la nef centrale, autour des maquettes et des bateaux. Au milieu des filets, des gréements, des bouées ou des treuils, ils peuvent rêver qu’ils sont pêcheurs, mécaniciens ou charpentiers. Les poissons dans les aquariums et les crustacés dans les bassins leur font aussi découvrir le monde sous-marin.

Pendant ce temps-là, les adultes approfondissent chacun des thèmes dans les alvéoles des bas-côtés. Là, de vieilles photos, des tableaux, des généalogies de familles de pêcheurs font ressurgir un monde qu’ils ont peut-être connu ou bien des cartes, des instruments de pêche ou de navigation leurs expliquent le fonctionnement d’un monde qui leur est étranger.

Une signalétique à coté de chaque objet phare invite le visiteur à compléter son information par une lecture plus approfondie dans l’alvéole correspondante ; et chaque alvéole, clairement identifiée par une couleur et un titre lisible de loin, renvoie aux objets phares.

Entre ces deux parcours, des photos, des textes, des extraits de films, projetés sur des écrans situés des deux côtés de la nef, animent cet univers et recréent les moments forts de la vie quotidienne de Port en Bessin.


Le chalutier

Au cœur de la halle, c’est bien un véritable chalutier qui se dresse sous la charpente et semble amarré à quai. Symbole de l’union des Portais et de la mer, le chalutier raconte naturellement leur vie et leur histoire. Outre la force symbolique et émotionnelle tirée de la présence de ce bateau, c’est également un outil scénographique très riche, capable d’engendrer et de porter toute la dynamique du centre. En montant à bord, petits et grands entrent pour quelques instants dans la peau d’un marin. En marchant sur le pont, en manipulant les cordages et les filets, en s’installant dans la cabine, ils peuvent toucher du doigt la réalité de la vie d’un marin, mais aussi les difficultés et les bonheurs de la pêche en mer.
L’histoire de ce bateau et sa rénovation peuvent aussi être sujet d’animations et de démonstrations.

Regarder, écouter, manipuler et comprendre

A la fin, ou au début des ces différents parcours, on peut s’installer devant le mur interactif qui sépare la nef des locaux administratifs. Là on s’assoit pour regarder une vidéo sur le travail des ramondeurs, une bénédiction en mer, une campagne de pêche, pour écouter des chants de marins ou pour manipuler des appareils électroniques de navigation et de repérage des bancs de poissons.

Ces outils ludiques et la mise en scène de la nef permettent aux visiteurs de se plonger dans l’ambiance spécifique qui colore la vie des Portais et les aident à comprendre les enjeux économiques, écologiques et humains de leur métier et de leur passion.